×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 409

Revues de presse

Interview du secrétaire général avec West Africa WASH Journalists Network

Sylvain Usher, Secrétaire général de l’Association Africaine de l’Eau : « Il est important que les sociétés d’eau partagent leurs expériences et les gestionnaires de ces sociétés leurs succès et leurs défis »

Les membres de l’Association africaine de l’eau ( Glossary Link AAE) basée à Abidjan en Côte d’Ivoire regroupant les Sociétés de distribution d’eau africaines, des professionnels du secteur de l’eau sur le continent, tiendront leur 17e Congrès du 17 au 20 février 2014 dans la capitale ivoirienne. Au cours du 7e Atelier régional de renforcement de capacités des femmes et hommes de médias de l’Afrique de l’Ouest d’Abidjan organisé conjointement par le Partenariat régional de l’eau de l’Afrique de l’Ouest (GWP-AO) et le bureau régional Afrique Centrale et Occidentale de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN-PACO), le Secrétaire Géneral, Sylvain Usher, est revenu sur les enjeux et les principaux objectifs de cette grande messe des sociétés d’eau. Pour lui, cette retrouvaille sera une opportunité pour les gestionnaires des sociétés d’eau, d’aborder entres autres questions importantes, celle de la gouvernance indispensable à l’amélioration de la fourniture et de la distribution d’eau dans les capitales africaines et les pays du continent africain.

Quels sont les enjeux de ce 17e Congrès attendu par vos membres?

Avant de parler du 17e Congrès, j’aimerais situer les congrès qui s’organisent tous les deux ans dans les capitales africaines. Le dernier s’est tenu à Marrakech en 2012. Les congrès sont une occasion pour réunir l’ensemble des parties prenantes du secteur de l’eau en Afrique et débattre de divers sujets mis en exergue par le conseil scientifique mais aussi par la situation du secteur de l’eau en Afrique. Le 17e congrès dont le thème est « mobilisation des ressources et gouvernance dans le secteur de l’eau et de l’assainissement », a deux objectifs :
Le premier, c’est le fait de l’organiser en Côte d’Ivoire après une crise longue et difficile. Le secteur de l’eau n’était pas en reste. Néanmoins, la Société des Eaux de Côte d’Ivoire (SODECI) a pu continuer à distribuer de l’eau dans des conditions difficiles surtout dans la partie nord du pays. La Côte d’Ivoire étant sortie de cette crise, a voulu l’organiser pour montrer qu’elle était de retour dans la scène internationale en ce qui concerne le secteur de l’eau. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle a présenté sa candidature pour le Congrès 2014. Le comité de direction qui est l’instance qui étudie les candidatures n’a pas hésité un seul instant, a donné son avis positif pour l’organisation du congrès. Il s’agit alors de remettre la Côte d’ivoire toute entière sur la sellette.


Le 2e objectif est la problématique de la mobilisation des ressources et de la gouvernance. Il s’agit bien des ressources en eau et des ressources financières. C’est la raison pour laquelle la thématique reste quelque peu ambiguë pour donner la possibilité à tous ceux qui le désirent d’aborder la problématique des ressources en eau. Et la gouvernance parce que nous pensons qu’elle est importante pour la conduite des sociétés d’eau mais aussi pour le secteur de l’eau en général.


Vous avez choisi le thème de la gouvernance. Est-ce à dire que nos sociétés d’eau souffrent des problèmes de gouvernance?


Malheureusement, ce n’est pas que les sociétés d’eau. Le problème de la gouvernance est un problème général en Afrique quel que soit le secteur d’activité. Certaines effectivement souffrent des problèmes de gouvernance mais la tendance est à l’amélioration. Beaucoup de sociétés ont mis en place des processus de gestion qui les amènent à être très performantes au niveau de leur production, leur distribution, leurs ressources humaines, leur management. Il s’agit quelques fois de processus simples mais qui ont un impact dans la gestion.
Les managers qui sont aujourd’hui en place sont pour certains, très brillants et qui se sont détachés des aspects politiques. Il faut le dire, c’est souvent l’aspect politique qui nuit à la bonne gouvernance des sociétés d’eau. Car, les objectifs ne sont pas souvent les mêmes. En matière politique, les objectifs sont de se maintenir au pouvoir et diriger l’ensemble du peuple. Pour le manager, c’est faire en sorte que son système soit fonctionnel, que les opérations soient performantes, le recrutement bien fait et qu’il puisse respecter des engagements vis-à-vis de l’Etat qui assure souvent la tutelle. Mais lorsqu’il y a ingérence politique au niveau managérial, cela nuit quelque peu à l’atteinte des objectifs.
Que va apporter concrètement le 17e Congres aux sociétés d’eau africaines et surtout ouest-africaines ?
Ce sera l’occasion pour les sociétés d’eau qui vont faire des communications, de présenter leurs succès dans la gestion. L’objectif du congrès est d’être une plateforme de partage, d’échanges, de donner et de recevoir. Il est important que les sociétés partagent leurs expériences et que les dirigeants de ces sociétés qui aujourd’hui avec des résultats performants, puissent les présenter pour que ceux qui sont intéressés par les nouvelles méthodes de gestion et principes très évolutives, puissent également recevoir ces informations.



Mais pour les populations surtout des villes, il y a toujours des craintes que ces sociétés soient privatisées et le prix de l’eau soit revu à la hausse. Est-ce qu’il y a un message de l’association à ne pas augmenter le prix de l’eau ?

La problématique du prix de l’eau est une problématique que nous rencontrons constamment. On pense que le prix de l’eau est souvent élevé. Or en réalité, pour une grande partie de pays africains, le prix de l’eau ne couvre pas ou couvre à peine le coût de production. Malheureusement, l’Africain n’est pas habitué à payer l’eau. Parce que dans nos villages, on utilise l’eau de puits ou de la rivière pour la consommation gratuitement. Même là, c’est une fausse compréhension car, le puits, il l’a fallu le creuser et il a un coût d’entretien. Un puits à partir duquel on veut fournir de l’eau de façon permanente, il faut l’entretenir et protéger son environnement. Cela a un coût qu’on ne considère pas. Maintenant, en ce qui concerne l’eau que nous tirons des nappes ou des lacs, des eaux de surface en général, il faut transformer cette eau jusqu’au robinet et tout cela a un coût parce qu’il faut entretenir le réseau. La privatisation ne veut pas dire forcément augmentation du prix de l’eau. Nous avons eu cela dans les années 1980 et 1990 avec la Banque mondiale qui en avait fait son leitmotiv. On a pensé qu’il était nécessaire pour améliorer le service, qu’il fallait privatiser les sociétés d’eau. La privatisation qui a lieu en son temps n’a pas amené que des succès en Amérique du sud et latine. Il y a eu beaucoup de difficultés parce que les systèmes qui avaient été mis en place n’ont pas tenu compte d’un certain nombre de facteurs inhérents aux pays africains et d’Amérique du sud. Les systèmes qui se sont installés géraient le service comme dans les pays européens. Il y a eu quelques déboires. On a eu aussi en Afrique des sociétés d’Etat dans lesquelles, la gestion a été mise en exergue. Il y a eu des signatures de contrats d’Objectifs de ces sociétés avec l’Etat avec un certain nombre de paramètres. Et ces sociétés ont fonctionné correctement et même ont dépassé les résultats attendus. C’est le cas de la société ougandaise qui a un moment donné a vacillé entre la privatisation et la régie et qui a fini simplement résisté parce que le manager qui a été choisi, a révolutionné la gestion avec des résultats brillants. Parce que tout le monde a joué le jeu à savoir : l’Etat, la société, les institutions de régulation. Et lorsque nous établissons un contrat de performance, il faut que les conditions soient réunies. Il faut que l’Etat paie ses factures à temps, que la structure de régulation fasse son travail en termes de suivi et d’évaluation, et que la société d’eau la distribue dans les meilleures conditions techniques. Donc, la privatisation n’est pas une panacée. Mais, elle peut aussi comme dans le cas du Sénégal avec la Sénégalaise des eaux qui est une structure privée qui entreprend une coopération sud-sud avec la régie des eaux de la République Démocratique du Congo avec les résultats performants. Et quand on dit qu’une société a des résultats performants, ce n’est pas dans tous les secteurs mais dans des secteurs clés comme la production, la distribution, la maintenance…

En quoi le prochain congrès va aider les sociétés d’eau à améliorer leur couverture et donner l’eau à toutes les populations de nos capitales africaines?


Il faut voir comme c’est le cas en Côte d’Ivoire et comme cela peut être le cas ailleurs, le développement des infrastructures dépend de l’Etat. L’Etat est propriétaire des usines et des canalisations et de tous les éléments opératoires. Le problème de l’accès à L’eau est lié au problème du tarif. Si à partir du tarif, les sociétés d’eau ou l’Etat n’arrivent pas à générer des ressources pour le développement du secteur, il y va de soi qu’on se repose sur les bailleurs de fonds qui n’ont pas toujours, l’opportunité de mettre les ressources qu’il faut.

Entretien réalisé par Alain TOSSOUNON

http://washjournalists.wordpress.com/2013/07/16/sylvain-usher-secretaire-general-de-lassociation-africaine-de-leau-il-est-important-que-les-societes-deau-partagent-leurs-experiences-et-les-gestionnaires-de-ces-s/

Lu 312 fois Dernière modification le mardi, 17 mars 2015

ASSOCIATION AFRICAINE DE L'EAU - Côte d'Ivoire - Abidjan - Cocody Riviera Palmeraie, rond point place de la renaissance, immeuble SODECI 2e étage
Tél. : (+225) 22 49 96 11 / 22 49 96 13 - Email : contact@afwa-hq.org - Website : www.afwa-hq.org - 05 BP 1910 Abj. 05
Copyright © 2016 AfWA / AAE. Tous droits réservés. Conception Servitis.com